Quelles charges sociales sur les indemnités de licenciement ou de rupture conventionnelle ?

Lorsqu’une rupture du contrat de travail intervient et qu’une indemnité est négociée entre l’employeur et le salarié, il faut prendre en compte les prélèvements qui peuvent être opérés. Le salarié doit savoir de quel montant net il disposera au final et l’employeur doit connaitre le budget total, qu’il s’agisse d’un licenciement ou d’une rupture conventionnelle.

Pas de charges sur l’indemnité de base

l’indemnité minimale obligatoire est celle qui est versée en application de la convention collective (par exemple 1/3 mois par année d’ancienneté pour un cadre dans SYNTEC) ou du Code du travail (1/5 mois par année) s’il n’existe pas de convention collective. Cette indemnité est nette.

La CSG/RDS

Toutes les sommes négociées au delà du minimum sont soumises à CSG, ce qui représente un prélèvement de 8%. Ainsi, pour un indemnité supplémentaire de 20 000 €, le salarié percevra 18 400 €, sauf s’il négocie un montant net avec son employeur (ce dernier paiera alors la CSG).

Exonération des cotisations de sécurité Sociale

Jusqu’à un montant de 2 plafonds de Sécurité Sociale, soit 75 096,00 € , l’indemnité versée n’est pas soumise à cotisation : c’est donc du net. Mais attention, pour déterminer si le seuil est atteint, il faut prendre en compte tous les indemnités perçues (le minimum + le complémentaire).Ainsi,si un salarié touche 100 000,00 €, il y aura des cotisations sociales sur la partie qui excède 75 096,00 €.
Qui les paiera ? A négocier…

Spécifique à la rupture conventionnelle : le forfait social

C’est une cotisation employeur uniquement : les indemnités versées sont soumises à une contribution égale à 20 % des indemnités versées. Ce surcoût est donc à prendre en compte par l’employeur dans son chiffrage.

Source : YN avocat travail lyon juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest