Augmenter la durée de la période d’essai

<div class= »post-content »><p>Est-il possible qu’un employeur et un salarié <strong>se mettent d’accord</strong> pour augmenter contractuellement la durée de la période d’essai au delà de ce que prévoit la loi ou la convention collective&nbsp;?</p>
<p>La situation est la suivante&nbsp;: <strong>en fin de période d’essai</strong>, l’employeur n’est pas certain que la personne convienne à 100 %, et il souhaite un délai supplémentaire avant de décider définitivement. Il propose alors au collaborateur une <strong>prolongation contractuelle</strong> de la période d’essai…</p>
<p>Le collaborateur accepte (n’ayant d’ailleurs pas le choix).</p>
<p>Je comprends bien l’utilité et le bon sens d’une telle prolongation. Encore que, si un employeur n’est pas sûr au terme de la période d’essai, le sera-t-il deux mois plus tard&nbsp;?</p>
<p><strong>Une telle prolongation est impossible</strong></p>
<p>Le principe est le suivant&nbsp;: les règles légales relatives au licenciement (procédure, motivation écrite de la décision…etc) sont d’ordre public et il n’est pas possible d’y déroger.</p>
<p>Or, le fait de signer, <strong>même de bonne foi et d’un commun accord</strong>, une prolongation de la période d’essai au delà de la durée possible revient, pour le salarié, à renoncer par avance à se prévaloir des règles protectrices relatives au licenciement.</p>
<p>Une telle renonciation serait nulle et n’aurait aucune valeur.</p>
<p>Par conséquent, si la période d’essai est finalement rompue par l’employeur, la rupture pourra être analysée, en cas de contestation, comme un licenciement abusif et irrégulier (c’est à dire réalisé sans procédure).</p>
<p><em>YN Avocat Lyon décembre 2011</em></p></div>

Laisser un commentaire