Infractions routières : l’employeur devra communiquer le nom du salarié

Jusqu’à présent en cas d’infraction routière avec un véhicule appartenant à l’entreprise, le salarié ne risquait pas de retrait de point, si l’employeur ne communiquait pas son nom. Restait seulement l’amende à payer…

Mais depuis un arrêté du 15 décembre 2016, applicable au 1er janvier 2017, les informations concernant le salarié auteur de l’infraction doivent être adressées à l’autorité compétente.

Désormais, lorsqu’a été constatée de façon automatisée une infraction au code de la route commise avec un véhicule dont une personne morale est propriétaire ou détentrice, le représentant légal de celle-ci est tenu de désigner la personne physique qui conduisait ce véhicule, à défaut de quoi est encourue l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe, d’un montant de 750 € (Code de la route art. 121-6).

Dans les 45 jours à compter de l’envoi ou de la remise de contravention, l’employeur doit communiquer l’identité, l’adresse et la référence du permis de conduire du salarié (Code de la route, art. A. 121-1 ; 121-2).

Source : YN avocat Lyon droit du travail janvier 2017

Laisser un commentaire